Ludmila Berlinskaya

Aller en bas

Ludmila Berlinskaya

Message  roberto > le Lun 3 Déc - 10:56

La Musique
 
 

 
 
Comme à la maison
 
La pianiste russe Ludmila Berlinskaya évoque son dernier disque, enregistré à Moscou. Réminiscences…
 

 
Ludmila Berlinskaya : une jeunesse moscovite faite de rencontres à faire rêver tout mélomane.
 
 
Souvenirs. Nikolaï Medtner, sonate « Reminiscenza » en la mineur. « Vous savez, vous jouez cette sonate mieux que moi. »
Nous étions priés de ne pas retranscrire ce propos, mais Ludmila Belinskaya nous pardonnera.
Car celui qui les tenait n’est autre que l’immense Sviatoslav Richter dont Ludmila Berlinskaya (ou Berlinskaïa) fut la protégée.
La pianiste tournait fréquemment les pages pour le maître, joua même à quatre mains avec lui et vécut chez les Richter à Moscou durant trois ans.
 
Ludmila Berlinskaya a de qui tenir. Elle est la fille du célèbre violoncelliste Valentin Berlinsky, fondateur du Quatuor Borodine,
qui nous a quittés en 2008… Le disque « Reminiscenza » qui paraît ces jours-ci chez Melodiya (une « équipe fantastique »)
a été enregistré l’été dernier dans la grande salle du conservatoire de Moscou, « une salle merveilleuse où je joue depuis toute jeune.
Là-bas, je suis comme la maison ! » « Les quatre œuvres qui composent le CD me sont très chères », poursuit Ludmila Berlinskaya,
« car elles sont représentatives de ma vie artistique et porteuses de très nombreux souvenirs.
La sonate opus 109 de Beethoven (la n°30, N.D.L.R.) et ‘’ Kreisleriana’’ de Schumann,
je les joue depuis ma jeunesse au conservatoire de Moscou avec des gens qui m’étaient très proches. Les ‘’ Valses nobles et sentimentales’’
de Ravel, j’adore ! C’est difficile à développer car il faut déchiffrer ce qu’il y a derrière. Lorsque je les ai jouées à la salle Cortot,
à Paris, l’année dernière, on m’a dit : c’est très spécial votre Ravel. J’ai été surprise, mais c’est mon Ravel à moi ! Medtner ?
J’ai été vaccinée très tôt. Au conservatoire, mon professeur, lui vouait un véritable culte. Je n’avais jamais joué la sonate
 
‘’ Reminiscenza’’ à Moscou. Après mon déménagement pour la France, j’ai décidé de l’apprendre. Avec une certaine nostalgie
pour Richter qui la jouait très différemment. »
 
Dans quelque temps, « un an peut-être », verra le jour un livre autobiographique que Ludmila conçoit
 
« presque comme un roman ». On a hâte de découvrir ces autres réminiscences !
 
Mariée au pianiste français Arthur Ancelle, avec qui elle forme un duo assez magique,
Ludmila Berlinskaya enseigne le piano au sein de l’École normale de musique à Paris.
Par Frédéric Menu

_________________
   
  
  
Il y a quatre âges dans la vie de l'homme :
 
- celui où il croit au père Noël ; -
 
celui où il ne croit plus au père Noël ; -
 
celui où il est le père Noël ; -
 
celui où il ressemble au père Noël. = . J. suis arrivé .....
avatar
roberto >


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum